Coiffures

Coiffure relâchée au piano

Deux petits chaussons de satin blanc en passant par une valse de Chopin ou un Prélude de Schubert, mes doigts courent sur le clavier et rattrapent les notes manquées, coiffure relâchée en ce début de mois de mai mouillé. Il est là, me regarde et me fait signe de ne pas l’oublier. Il m’attend chaque mois lorsque je rentre le voir et il me supplie de l’emmener avec lui. Ses notes raisonnent en moi, il est là et il ne partira jamais.

Piano

Il est arrivé il y a quelques années de cela tout empaqueté. Grand, fort, solide, robuste, il m’impressionnait. Je n’osais point le regarder et aller à sa rencontre du haut de mes six ans.

A partir du moment où il a pris sa place dans la pièce, pas un seul jour, je l’ai regardé sans même le toucher avec fébrilité. Avant même de savoir lire, je dévorais la musique avec mon carré de petite fille. Les partitions devenaient mes meilleurs livres de chevet, la musique n’avait plus de secret pour moi.

Toutes ces années passées à ses côtés, à répéter sans cesse les gammes, il m’écoutait et était devenu mon ami le plus fidèle. Je lui relatais mes histoires accompagnées de mon petit chignon tiré à quatre épingles.

Lorsque je rentrais le voir après les leçons de solfège, il se préparait à m’accueillir et ne perdait jamais les pédales. Il comprenait mon désarroi, mes peurs et ma frustration de ne pas vivre la musique comme je l’imaginais. La théorie m’apportait rigueur et persévérance mais ne me permettait pas de m’évader, les cheveux au vent.

mois de mai

Et puis un soir d’hiver, mon petit serre-tête et moi avons fait la connaissance d’une grande dame pianiste qui m’intimidait avec son regard déterminé. Assise sur le tapis à ses côtés, avec les petits papiers en forme de ronde, de blanche ou de croche, j’apprenais la musique, je la vivais de l’intérieur.

mai

Les notes vibraient, les sons raisonnaient et berçaient toute mon enfance. Avec lui, je pouvais aller n’importe où, il me passionnait, me cultivait et me laissait dans mon imaginaire coiffé. Pendant plus de quinze ans nous avons partagé cette passion commune et avons toujours gardé ce lien musical.

piano

Après un départ mouvementé, coiffure relâchée, je m’éloignais progressivement de lui. Il se refermait sur lui-même, balayé par la poussière. Je revenais de temps en temps mais je craignais toujours sa réaction en faisant des fausses notes. Il fallait nous laisser ce petit temps pour nous accorder.

Cela fait maintenant quelques années que je prends le même chemin pour venir le voir. Son grand coffre me manque, ses cordes ne tiennent qu’à un fil. J’aimerais qu’il m’accompagne partout avec moi, même s’il est plus fragile avec l’âge.

Couleur sur cheveux longs

Avec une nouvelle couleur dans les cheveux, de légers reflets dorés et un lissage soigné par mon coiffeur, je retrouve notre belle complicité en ce premier jour de mai pluvieux. 

coiffure dorée

2 comments

  1. Très sympa cet article !
    Deltreylicious

  2. Merci 🙂
    A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *